Albi et le Tarn (Quercy)

P1120659

La cathédrale Sainte-Cécile d’Albi, et au premier plan, le Pont Vieux sur le Tarn.

Le pont fut construit au XIe siècle. Il contribua dès lors au développement urbain et commercial de la ville en jouant un rôle de péage. Il comporte au Moyen Âge une tour-porte fortifiée, une chapelle, et un pont-levis. Du XIVe siècle au XVIIIe siècle, des maisons reposent sur ses piles mais seront démolies après une crue en 1766. En 1820, sa chaussée sera redressée et élargie. Le pont de pierre est alors revêtu de briques.

DSC_0068

Les jardins de la Cité Episcopale, près du Palais de la Berbie, près de la cathédrale.

DSC_0087

Construite toute en briques roses, « la pierre régionale », elle en impose par sa taille. Le clocher culmine à 78 mètres. Sa construction a commencé en 1282 et a duré deux siècles, jusqu’en 1480. Elle est de style gothique méridional. Sa longueur est de 113,50 m et la largeur de 35 m.

Un jubé de pierre a été ajouté à l’intérieur du chœur de la cathédrale. Cette construction de pierre constitue presque une église dans l’autre. La dentelle de pierre constitue une séparation entre les fidèles et le chapitre de chanoines.

Un baldaquin de pierre, au-dessus de l’entrée, tranche sur la brique omniprésente.

 

Les fresques de sainte-Cécile représentent la plus grande surface de fresques de la Renaissance en France. Elle est la seule cathédrale d’Europe dont les murs et les voûtes sont demeurés entièrement peints sur une surface d’environ 18 500 m2.

Outre la surface à peindre, les artistes devaient travailler à l’envers sur des échafaudages de trente mètres de haut.

Les maîtres sont capables de dessiner des scènes visibles d’en bas. Leurs précision est requise pour les visages ou les draperies. D’autres peintres sont aptes à reproduire de manière répétitive des dessins pour former des frises ou des bordures. Enfin, des aides moins expérimentés devaient monter tous les matériaux tout au long de la journée, broyer les couleurs, parfois colorer les espaces entre les détails, les larges portion de bleu par exemple.

Les couleurs sont certainement des produits chers. L’azurite, pigment bleu issu d’un composé de carbonate de cuivre, vient de Chessy. La malachite, pigment vert, est plus rare. L’éloignement des gisements renchérit la couleur, sans compter les feuilles d’or utilisées.

Le travail des fresques, se fait en peignant un enduit frais. (fresco signifie frais en italien) Le chantier devait être organisé pour que le mortier soit gâché, monté sur les échafaudages et enduit sur les murs avant que les artistes ne commencent leur travail de précision.

Lorsqu’on rentre dans la cathédrale, on reste stupéfait de tant de beauté et de couleurs, sur les murs latéraux et le plafond. Une image que j’ai toujours en mémoire depuis mon séjour à Albi !

Ici, on peut voir les anciens moulins Albigeois au bord du Tarn, près du Pont Vieux.

En bas à gauche, le reste du cloître de Saint-Salvi.

Les moulins Albigeois

La vermicellerie d’Albi, plus communément désignée sous l’appellation « Les Moulins Albigeois », est une ancienne usine de pâtes alimentaires. L’usine occupe le site d’un moulin à farine qui pourrait remonter au XIIe siècle. L’endroit est remanié à partir du XVIIe siècle et transformé en usine de fabrication de pâtes alimentaires en 1850. Elle est désaffectée dans la deuxième moitié du XXe siècle, puis réaménagée pour accueillir un hôtel, le musée Lapérouse, un Centre d’Art Contemporain.

Leur rôle économique est le plus évident tant le pays en était quadrillé : plus de 800 moulins à eau dans le Tarn, depuis le XIIe siècle ! Quelques passionnés ont redonné vie à ces petites usines urbaines et rurales qui, non seulement, servaient à l’alimentation par la mouture de céréales, souvent transformée en pain dans le four tout proche, et par la fabrication d’huile, mais qui exerçaient aussi des activités artisanales très variées (scieries, mégisseries…). Celles-ci se sont concentrées, à partir du début du XXe siècle, sur la production d’électricité. Leur rôle social est moins connu, mais il demeure encore dans la mémoire collective à travers maintes expressions ou proverbes tels que: « On entre chez toi comme dans un moulin ! » Le moulin était un lieu de vie et d’échange où l’on parlait beaucoup, en attendant de repartir avec le sac de farine !

Pour plus d’histoire et de précisions :

https://www.google.fr/search?q=cathedrale+ste+cecile+albi+france&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b&gfe_rd=cr&dcr=0&ei=9w0oWpHKMIqaX6ajgbAE

Publicités

Vous n’avez pas la main verte…?

148496-intisse-etagere-cactus-coloris-vert-feuille.jpg

Chez 4 Murs, il existe un papier peint sympa avec des étagères de cactées et succulentes, parfait pour habiller un mur ou un coin de cuisine… Vous pouvez admirer la photo d’un mur entier dans Marie-Claire Idées de mars. Pas cher : 19,90 € le rouleau, page 10. J’en connais qui vont apprécier 🙂

Au bord de la Charente…

Un petit château avec une façade Renaissance au bord de la rivière Charente.(L’autre façade n’a pas été terminée au niveau des sculptures, et divers aménagements ont été faits par les différents propriétaires). Un magnifique parc, des fêtes médiévales chaque année, et des chambres d’hôtes pour prendre le temps de visiter la région.
Comme c’est un château privé, il n’a pas été possible de faire des photos à l’intérieur, contrairement à Villandry ou Chaumont !