Expo Matisse à LYON – « Le laboratoire intérieur »

expo-matisse-mba-lyon-1-fev17

Musée des Beaux-Arts de Lyon, jusqu’au 6 Mars 2017 –

 Jusqu’au 6 mars, une rétrospective exceptionnelle consacrée à Henri Matisse (1869-1954) et intitulée « le Laboratoire intérieur » ( en référence à Baudelaire), explore le processus de création du peintre au travers de ses dessins, peintures et sculptures, dont plusieurs dizaines de pièces n’ont encore jamais encore été présentées au public. 250 oeuvres viennent du Centre Pompidou, de la collection personnelle de la famille Matisse, mais aussi de grands musées européens et américains… Plus de deux années de préparation ont été nécessaires pour organiser cette exposition.

De ses travaux de jeunesse, inspirés par Cézanne, Rodin, ou encore Michel-Ange, jusqu’aux collages de gouaches colorées de la fin de sa vie, toutes les facettes de l’oeuvre de Matisse sont abordées par l’exposition : dessins et sculptures évoquant la danse, l’un de ses sujets de prédilection, les portraits de femmes, les natures mortes aux oranges, la période niçoise avec les odalisques, ses modèles fétiches comme la jeune Russe Lydia, le textile, avec ses tentures et ses tapis, mais aussi les blouses roumaines, les intérieurs de Vence (région d’adoption de ce natif du Nord), le travail en noir et blanc, très graphique, l’explosion de couleurs… Tout y est.

La femme au chapeau –

 

Relation particulière avec Lyon

On le sait peu, mais le peintre a entretenu une relation particulière avec la ville qui lui rend hommage aujourd’hui. En 1941, alors qu’il est installé à Nice, l’artiste, âgé de 73 ans et atteint d’un cancer, est venu se faire opérer à la clinique du Parc à Lyon. Une opération miracle qui sera suivie d’une longue convalescence au Grand Nouvel Hôtel de la rue Grolée. Il mettra à profit cette période pour réaliser des entretiens avec le critique d’art Pierre Courthion.

expo-matisse-mba-lyon-4-fev17 Henri Matisse –

Se liant d’amitié avec René Jullian, directeur du musée des Beaux-Arts, Matisse vendra par la suite à la ville son tableau « l’Antiquaire », inspiré de Georges-Joseph Demotte, figure lyonnaise. Puis il offrira à la ville qui lui a sauvé la vie six dessins originaux réalisés pour son livre « Dessins : Thèmes et variations ». Ce début de collection sera complété au fil du temps par « Jeune Femme en blanc, fond rouge ». Toutes ces oeuvres sont bien sûr intégrées à la rétrospective.

Crédits photos : Le Parisien –

Infos pratiques

Adresse : 20 Place des Terreaux, 69001 Lyon
Téléphone : 04 72 10 17 40

http://www.mba-lyon.fr/mba/sections/fr/expositions-musee/expo-matisse/infos-pratiques/

Le MBA conseille :

Au vu de l’affluence dans l’exposition et pour un meilleur confort de visite, nous vous conseillons d’acheter vos billets au moins 24 heures à l’avance pour un horaire précis en ligne ou en billetterie au musée. Ce billet acheté à l’avance sera coupe-file.

Publicités

Expo « Icônes de l’Art Moderne : Chtchoukine » –

Dans le cadre de l’année Franco-Russe 2016-2017, la Fondation Louis Vuitton présente la collection Chtchoukine du 22 octobre 2016 au 20 février 2017. Tout ceci en partenariat avec le Musée de l’Ermitage et le musée Pouchkine.

Elle rend hommage à l’un des plus grands collectionneurs du XX siècle, Sergueï Chtchoukine, un riche

russe visionnaire de l’Art moderne français.

En 1914, la collection de cet amateur russe, déjà légendaire, se compose de 16 toiles majeures de l’exilé des Marquises. Et d’autres, tout aussi sidérantes: 8 Cézanne, 13 Monet, 19 Marquet, 16 Derain, 41 Matisse et 5 Picasso ! Sans oublier des oeuvres d’Edward Burne-Jones, Eugène Carrière, Gustave Courbet, Maurice Denis, Edgar Degas…

FONDATION LOUIS VUITTON
Icônes de l’art moderne. La collection Chtchoukine.
8, avenue du Mahatma Gandhi, Paris XVI
Du 22 octobre 2016 au 20 février 2017.

Expo Hodler, Monet et Munch à Marmottan « Peindre l’impossible »

Jusqu’au 22 janvier 2017.

expo-hodlerr-monet-munch-1-sept16-2-jpg_tmp

Ces trois peintres ne se sont jamais rencontrés, même s’ils étaient contemporains et appartenaient à des générations différentes.

Claude Monet né en 1840 et mort en 1926, un Suisse Ferdinand Holder né en 1853 et mort en 1918 et un Norvégien Edvard Munch né en 1863 et mort en 1944 : la composition du trio peut nous sembler étrange !  Holder et Munch ont admiré Monet, la réciproque n’est pas démontrée.
L’histoire de l’art a pris l’habitude de les classer dans des catégories différentes, impressionnisme, post-impressionnisme ou symbolisme.
Cette exposition a donc pour but de comparer leurs oeuvres, leurs méthodes, leurs expériences, et pour finalement s’apercevoir qu’ils ne sont pas si éloignés…
Les thèmes abordés sont les portraits, les réalismes, les eaux, la montagne, le soleil et les lunes, les neiges, les couleurs.
Informations pratiques
Adresse
2, rue Louis-Boilly
75016 Paris
site Internet
Accès
Métro : La Muette – Ligne 9
RER : Boulainvilliers – Ligne C
Bus : 32, 63, 22, 52, P.C.
Jours et horaires d’ouverture
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Fermé le lundi, le 25 décembre,
le 1er janvier et le 1er mai
tarifs
Plein tarif : 11 €
Tarif réduit : 6,50 €
Moins de 7 ans : gratuit
Téléphone : 01 44 96 50 46

Expo « Caillebotte, peintre et jardinier » à Giverny.

Musée des impressionnismes à GIVERNY, jusqu’au 3 juillet 2016.

 

Longtemps considéré comme un peintre amateur, collectionneur et mécène de ses amis, Gustave Caillebotte  (1848-1894) apparait aujourd’hui comme l’une des figures majeures du groupe impressionniste. Célèbre pour ses compositions inspirées du Paris d’Haussmann, il a consacré une part importante de sa production à l’évocation des jardins.

Il peint ses premières études sur le motif dans la demeure familiale d’Yerres, avant d’acquérir au Petit Gennevilliers une propriété où il élabore un somptueux jardin et fait construire une serre. Tout comme son ami Claude Monet, avec lequel il partage une passion pour l’horticulture, il privilégie l’évocation de cet univers végétal.

Au musée des impressionnismes Giverny, environ quatre-vingts œuvres, peintures et dessins, sont réunies pour évoquer cet aspect de son art.

Musée des Impressionnismes

99 rue Claude Monet
27620 Giverny

Expo « Turner et la couleur » à AIX EN PROVENCE –

Jusqu’au 18 septembre 2016 à l’Hôtel de Caumont – Centre d’Art –
 à AIX EN PROVENCE.

 
Plus de 130 œuvres sont rassemblées pour vous faire  découvrir  ce grand artiste. La Tate Gallery de Londres a participé à cette exposition avec plus de 36 chefs-d’oeuvre. Et une  collaboration très étroite a été organisée avec le Turner Contemporary de Margate (Kent – Angleterre)

Joseph Mallord William Turner (1775 – 1851), est une figure majeure de la peinture anglaise du XIXe siècle. Il est également un des plus grands maîtres anglais de paysages à l’aquarelle. Il y gagnera le surnom de « peintre de la lumière ». . Ses tableaux, paysages et marines, lui vaudront rapidement une grande réputation si bien qu’il deviendra membre titulaire de la Royal Academy à l’âge de 27 ans, et il y exposera quasiment chaque année jusqu’à sa mort.

Turner voyagera beaucoup tout au long de sa carrière, d’abord en Angleterre et en Écosse, puis, après la paix d’Amiens en 1802, en France, en Suisse, aux Pays-Bas et en Italie, particulièrement à Venise, ville où il séjournera à trois reprises (en 1819, 1829 et 1840) qui lui sera une importante source d’inspiration.

Plaçant au cœur de son parcours la couleur, essence même de la création de Turner, cette exposition invite à redécouvrir la vie et l’œuvre de ce grand artiste sous un angle nouveau, jusqu’à présent inexploré dans les rétrospectives qui lui ont été dédiées.

 

Une importante section du parcours, consacrée aux voyages du peintre à travers l’Europe, permet d’admirer la variété et le lyrisme de ses couchers de soleil dorés, de ses marines bleutées et des paysages éblouissants si typiques de son œuvre.

Des tons délicats qui teintent ses croquis de voyage aux tonalités puissantes qui envahissent les plus célèbres toiles de la maturité, la couleur de Turner nous dévoile ainsi, salle après salle, le visage public et privé d’un artiste controversé, d’un homme mystérieux et d’un aventurier amant de tous les défis. Vous retiendrez surtout les qualités de ce coloriste prodigieux et subtil connaisseur des effets optiques et émotifs de la couleur, dont Claude Monet aurait dit qu’il savait « peindre les yeux ouverts ». L’impact de son œuvre est en effet incontestable sur les générations d’artistes qui ont donné vie, quelques décennies plus tard, à l’impressionnisme.

Une partie de l’exposition est consacrée aux œuvres qu’il réalise à Margate, sur la côte du Kent, en Angleterre. Vers la fin de sa vie, Turner a passé beaucoup de temps dans ce petit village côtier, attiré par sa lumière toute particulière. C’est à Margate, où Turner a réalisé quelques-unes de ses plus belles expérimentations picturales, que cette même exposition sera présentée du 8 octobre 2016 au 8 janvier 2017, au Turner Contemporary.

Photo 1 : Calais Sands at Low Water – Sables de Calais à marée basse.

Photo 2 : Vermilion Towers  – Tours vermillion.

Photo 3 : Yarmouth, from near the Harbour’s Mouth – Yarmouth, près de l’entrée du port.

Crédit Photos : site du Centre d’Art Hotel de Caumont à AIX EN PROVENCE.

 

 

 

Expo « L’atelier en plein air » – Les impressionnistes en Normandie.

Une nouvelle expo sur le monde de l’impressionnisme, plus de 50 oeuvres majeures pour redécouvrir l’histoire de cette peinture.
Elle se déroule au Musée Jacquemart-André, 158 Bd Haussman PARIS (8°) jusqu’au 25 juillet 2016.

Le XIXe siècle voit l’émergence d’un genre pictural nouveau : le paysage en plein air. Cette révolution picturale est née en Angleterre, et débarquera en Normandie assez rapidement.

Vers 1860, la majorité des peintres ou nouveaux peintres se réunit à Honfleur, pendant les rencontres de St Siméon. L’exposition met en valeur les lumières de la Normandie, et les répercussions provoquées chez  les peintres impressionnistes.

Le musée Jacquemart-André est à lui seul un petit bijou Haussmanien, située non loin de la Place de l’Etoile.

jacquemart