La bastide de Monpazier

Une bastide (de l’occitan bastida) est le nom désignant trois à cinq cents villes neuves, fondées majoritairement dans le sud-ouest de la France entre 1222 et 1373, réparties sur 14 départements. Entre la croisade des Albigeois et la guerre de Cent Ans, ces fondations répondent à un certain nombre de caractéristiques communes d’ordre politique, économique et architectural, correspondant à un essor urbain exceptionnel en Europe à cette époque.

Les bastides sont à la fois la constitution d’un pouvoir politique et économique local et démocratique (avec un consulat, un marché, des foires, des poids et mesures, une milice), à la fois l’institution d’un plan local d’urbanisme avec son règlement, dont la réalisation se fera pendant plusieurs siècles.
La construction de la bastide de Monpazier a été terminée en 1284.

P1110972P1110993P1110970P1110974P1110971P1110964

On peut citer, parmi les bastides les plus caractéristiques ou les mieux conservées du point de vue architectural, celles de Monflanquin, Monpazier, Grenade, Mirande ou bien encore Libourne, Castelneau de Montmiral.

Monpazier est une magnifique bastide, très bien conservée, où rôde un certain art de vivre. Balades agréables dans les petites rues autour de la Place centrale, visites dans les boutiques des artisans installés ici toute l’année. Prenez le temps de déguster le petit gâteau aux noix dans la pâtisserie rue de l’église !!!

Publicités

St Cirq Lapopie (Lot)

Un village médiéval, avec 13 bâtiments classés, accroché à plus de 100 m sur sa falaise au-dessus du Lot ! Une longue balade s’impose dans ses ruelles escarpées,les artisans d’art, les très vieilles maisons, leurs petits détails et les jardinets. Un charme fou se dégage, une sérénité, pour peu que ce jour-là, il n’y ait pas trop de touristes…

 

Balade dans un village au milieu des marais.

 

dsc_0028.jpg

La rue principale de ce petit village d’ostréiculteurs s’est transformée en rue piétonne, idéale pour visiter les magasins tenus pour la plupart par de vrais artisans ou artistes, ou les deux !

dsc_0027.jpgdsc_0020.jpg

Son église romane, entourée d’un petit jardin. Malheureusement, la façade est difficile à prendre en photo, car la rue est étroite.

dsc_0050.jpgdsc_0048.jpg

Un petit salon sur le trottoir du restaurant pour attendre son tour !

dsc_0046.jpgdsc_0044.jpg

Visite dans une galerie sur le port. Découverte d’un artiste local qui peint des personnes âgées, sans moquerie, sans pathos, juste « un instant de leur vie ».

Le long du chenal qui mène à l’océan, les anciennes cabanes d’ostréiculteurs ont retrouvé une seconde vie pour passer la journée et respirer l’iode, inviter les amis, déguster des huîtres ou une éclade de moules (plat régional charentais :on dispose les moules d’une certaine façon sur une planche épaisse, et par-dessus, on dispose doucement des sarments de vigne, on allume le feu, et dès que c’est cuit, on mange avec les doigts ! )

Il reste encore une certaine activité ostréicole, mais il y a une vingtaine d’années encore, presque tous les habitants travaillaient les huîtres. Maintenant, le village est devenu incontournable pour les touristes… Les résidents s’appliquent à embellir leur façade et leur petit jardin, et c’est très agréable pour les yeux (et les photos) !

Eglises romanes (4)

P1110675

Le motif extérieur du rouleau (voussure) comporte des parements en pointe de diamant. Le second, à l’intérieur, comporte des moulures en motifs végétaux, peut-être des acanthes. A droite, le chapiteau est constitué de palmettes végétalisées. Parfois, le sculpteur pouvait s’inspirer de plantes de sa région. Au-dessus de l’entablement, un motif géométrique de billettes.

Berneuil mar16 (2)

Détails de l’église romane de Berneuil (17)

Avy mar16

Détails de l’église d’Avy (17).

Eglises romanes (1)


L’église St Hilaire de MELLE (79) est un des joyaux de l’art roman
en Poitou-Charentes. Classée au Patrimoine de l’Unesco, elle se
trouve sur le Chemin de St Jacques de Compostelle.
A l’intérieur, le choeur à déambulatoire et chapelles rayonnantes
a été conçu pour recevoir les pélerins sur la croisée du transept.
Les chapitaux de la façade nord sont exceptionnels. Le portail est
surmonté d’un énigmatique cavalier.