Expo Matisse à LYON – « Le laboratoire intérieur »

expo-matisse-mba-lyon-1-fev17

Musée des Beaux-Arts de Lyon, jusqu’au 6 Mars 2017 –

 Jusqu’au 6 mars, une rétrospective exceptionnelle consacrée à Henri Matisse (1869-1954) et intitulée « le Laboratoire intérieur » ( en référence à Baudelaire), explore le processus de création du peintre au travers de ses dessins, peintures et sculptures, dont plusieurs dizaines de pièces n’ont encore jamais encore été présentées au public. 250 oeuvres viennent du Centre Pompidou, de la collection personnelle de la famille Matisse, mais aussi de grands musées européens et américains… Plus de deux années de préparation ont été nécessaires pour organiser cette exposition.

De ses travaux de jeunesse, inspirés par Cézanne, Rodin, ou encore Michel-Ange, jusqu’aux collages de gouaches colorées de la fin de sa vie, toutes les facettes de l’oeuvre de Matisse sont abordées par l’exposition : dessins et sculptures évoquant la danse, l’un de ses sujets de prédilection, les portraits de femmes, les natures mortes aux oranges, la période niçoise avec les odalisques, ses modèles fétiches comme la jeune Russe Lydia, le textile, avec ses tentures et ses tapis, mais aussi les blouses roumaines, les intérieurs de Vence (région d’adoption de ce natif du Nord), le travail en noir et blanc, très graphique, l’explosion de couleurs… Tout y est.

La femme au chapeau –

 

Relation particulière avec Lyon

On le sait peu, mais le peintre a entretenu une relation particulière avec la ville qui lui rend hommage aujourd’hui. En 1941, alors qu’il est installé à Nice, l’artiste, âgé de 73 ans et atteint d’un cancer, est venu se faire opérer à la clinique du Parc à Lyon. Une opération miracle qui sera suivie d’une longue convalescence au Grand Nouvel Hôtel de la rue Grolée. Il mettra à profit cette période pour réaliser des entretiens avec le critique d’art Pierre Courthion.

expo-matisse-mba-lyon-4-fev17 Henri Matisse –

Se liant d’amitié avec René Jullian, directeur du musée des Beaux-Arts, Matisse vendra par la suite à la ville son tableau « l’Antiquaire », inspiré de Georges-Joseph Demotte, figure lyonnaise. Puis il offrira à la ville qui lui a sauvé la vie six dessins originaux réalisés pour son livre « Dessins : Thèmes et variations ». Ce début de collection sera complété au fil du temps par « Jeune Femme en blanc, fond rouge ». Toutes ces oeuvres sont bien sûr intégrées à la rétrospective.

Crédits photos : Le Parisien –

Infos pratiques

Adresse : 20 Place des Terreaux, 69001 Lyon
Téléphone : 04 72 10 17 40

http://www.mba-lyon.fr/mba/sections/fr/expositions-musee/expo-matisse/infos-pratiques/

Le MBA conseille :

Au vu de l’affluence dans l’exposition et pour un meilleur confort de visite, nous vous conseillons d’acheter vos billets au moins 24 heures à l’avance pour un horaire précis en ligne ou en billetterie au musée. Ce billet acheté à l’avance sera coupe-file.

Le Centre Pompidou (Beaubourg) fête ses 40 ans !

centre-pompidou-les-40-ans-d-un-musee-qui-faillit-ne-jamais-voir-le-jour2

Un week-end de fête les 4 et 5 février 2017

Le Centre Pompidou souffle ses 40 bougies mardi 31 janvier mais il le fêtera avec le public les 4 et 5 février, de 11 h à 2 h du matin le samedi (dans le Forum pour la fin de soirée, jusqu’à 23 h dans les autres espaces), et de 11 h à 21 h le dimanche : visites guidées, parade, performances, concerts, ateliers, cabaret, bal…

Des films retraceront l’histoire de Beaubourg en continu. Après des spectacles de danse ou de musique, un grand bal se tiendra samedi de 20 h à 2 h.

Dimanche, des ateliers réservés aux 3-12 ans avec crayons et papier inviteront à la création. Des conteurs proposeront tout au long de la journée des visites familiales avec des histoires drôles et poétiques sur des oeuvres du Centre. Tout sera gratuit, y compris les expositions.

Son succès

A la veille des quarante ans du musée, les chiffres de ce lieu longtemps mal aimé parlent d’eux-mêmes : 3 335 000 visiteurs en 2016, 100 000 m2 d’exposition, un fonds de 120 000 œuvres exposées selon un système de rotation (y compris avec d’autres musées français comme Metz) et européens (Bruxelles et Malaga).

photo-centre-pompidou1

Huit niveaux multicolores

Les tuyaux bleus sont utilisés pour la climatisation, les verts représentent le circuit d’eau, les jaunes contiennent les gaines électriques, les blancs indiquent les tours de refroidissement, tandis que tout ce qui est rouge, ascenseurs et escaliers, symbolisent les liens de communication.

Sa folle création

Georges Pompidou lance un concours auquel 681 cabinets d’architecte prennent part. C’est finalement le projet de façade de verre flanquée de tuyaux colorés et d’escalators tubulaires imaginé par Renzo Piano, Richard Rogers et Gianfranco Franchini qui est retenu en 1971.

Sa construction

http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-architecture-Centre-Pompidou/comment_ca_fonctionne/p1.htm

Portrait de Renzo Piano, son architecte principal

Né en 1937 à Gênes, en Italie, l’architecte Ren­zo Piano a conçu le Centre Pompidou avec le Britannique Richard Rogers. Choisis en 1971 parmi 681 candidats, les deux hommes ont réalisé une sorte d’anti-monument à la gloire de la culture pour tous. Résolument novatrice avec ses plateaux modulables et sa structure qui laisse apparaître son ­ossature faite de poutres et de ­poteaux, la « machine urbaine » installée au cœur de Paris n’a pas été, à ses débuts, sans susciter de vives critiques. Avec plus de cent millions de visiteurs depuis son ouverture au public le 31 janvier 1977, ses détracteurs se sont tus depuis longtemps.


Le programme des expositions à Paris et en province pour toute l’année 2017

http://www.centrepompidou40ans.fr/

Accès

Musée fermé le mardi et le 1er Mai.

Métro : Rambuteau (ligne 11), Hôtel de Ville (lignes 1 et 11), Châtelet (lignes 1, 4, 7, 11 et 14)
RER : Châtelet Les Halles (lignes A, B, D)
Bus : 29, 38, 47, 75

Vélib : station n°4020, face 27, rue Quincampoix, station n°3014, face 34, rue Grenier Saint-Lazare, station n°3010, 46, rue Beaubourg
Autolib : station 204, rue Saint-Martin, station 36, rue du Temple
Parking Centre Pompidou : accès au 31, rue Beaubourg
Réservez votre place de parking à tarifs négociés sans frais de réservation grâce à ParkingsdeParis.com, partenaire du Centre Pompidou.

Retrouvez toutes les informations relatives aux conditions d’accès prioritaires pour les personnes en situation de handicap

Crédit photos : Ouest France/Huffington Post/INA –

Expo « Miroirs » au Louvre Lens –

Le miroir dans la peinture –

affiche-expo-miroirs-lens

De nos jours d’une grande banalité, le miroir reste cependant un objet complexe, entre mystère, vérité et illusion. Attribut de la prudence, signe ultime de vanité conjuguant beauté éphémère et certitude de la mort, les maîtres anciens ont souligné le puissant vecteur d’imagination qu’il peut véhiculer.
Outil emblématique de la peinture imitant le réel, il est aussi l’indispensable accessoire du peintre réalisant son autoportrait ou de l’artiste en recherche de points de vue variés sur son sujet.

Cette exposition propose un parcours en trois étapes mêlant toutes époques du 16e siècle à nos jours. De l’image vérité à l’image trompeuse, les visiteurs sont invités à aiguiser leur regard, à s’interroger sur ce qu’ils voient ou croient voir. À se demander pourquoi le reflet serait moins réel que le sujet reflété.

Musée du Louvre-Lens
99, rue Paul-Bert
62300, Lens (France)

Téléphone :03 21 18 62 62

Beach Art…

sketch-1484753954756.png

sketch-1484754139994.png

Du « Street Art » sur la plage, c’est du « Beach Art », non ??? Existe-t-il un nom que je ne connais pas ?

Je crois que ces couleurs m’aident à accepter la vue horrible de ces blockhaus qui, avec le temps, glissent sur le sable et descendent la dune pour arriver dans la mer pour certains… (Voir mon précedent post « Soleil d’hiver sur la plage »)

Expo Kandinsky à Grenoble – sa période parisienne 1933-1944

expo-kandinsky-2-grenoble-jan17

Peintre russe né à Moscou en 1866, il a vécu aussi à Berlin, Munich, puis Paris jusqu’ à la fin de sa vie de 1933 à 1944. C’est sa « période parisienne ».

expo-kandinsky-4-grenoble-jan17

Considéré comme l’un des artistes les plus importants du XXe siècle aux côtés, notamment, de Picasso et de Matisse, il est un des fondateurs de l’art abstrait.

Expo Kandinsky 1 Grenoble jan17.jpg

Pour cette période parisienne, des formes biomorphiques aux contours souples et non géométriques font leur apparition dans son œuvre, des formes qui évoquent extérieurement des organismes microscopiques, mais qui expriment toujours la vie intérieure de l’artiste. Il recourt à des compositions de couleurs inédites qui évoquent l’art populaire slave.

expo-kandinsky-3-grenoble-jan17

Kandinsky peint avec un soin d’horloger des visions sorties de sa plus profonde intimité. On plonge comme dans un océan peuplé de poissons merveilleux et de paillettes de cosmos… Cette période lui inspirant des toiles d’une intense richesse formelle et colorée, dans laquelle le musée de Grenoble choisit de nous convier du 29 octobre 2016 au 29 janvier 2017.

Expo Kandinsky Grenoble

Musée de Grenoble

5 Place de Lavalette
38000 Grenoble
Tél. : 04 76 63 44 44

Expo au Louvre de Lens – La Mésopotamie.

En grec ancien, la Mésopotamie signifie littéralement « le pays entre les fleuves », le Tigre et l’Euphrate. Située pour l’essentiel en Irak actuel, la Mésopotamie antique est le berceau de nombreuses « premières fois » fondamentales : invention de l’écriture, premières institutions et administrations, premiers rois  historiques. C’est aussi dans cette région que sont mis en place les villes et les systèmes urbains dont nous sommes les héritiers.

L’exposition présente ce monde à la fois proche et lointain, à travers 3000 ans d’histoire, de la fin du IVe millénaire jusqu’au IVe siècle avant notre ère. Elle rassemble plus de 400 objets, dont de nombreux chefs-d’oeuvre et des pièces n’ayant jamais été montrés. Elle rappelle aussi l’importance de ce patrimoine mondial, aujourd’hui menacé par la  situation tragique au Moyen-Orient.

Le musée du Louvre entend ainsi montrer l’importance fondamentale de ce patrimoine mondial, connu partiellement grâce à la Bible et redécouvert à partir du 19e siècle lors des fouilles archéologiques, alors qu’il est aujourd’hui menacé par la situation tragique en Irak et au Moyen-Orient.

catexpomesopotamie-300x300personnage-assis-expo-mesopotamie-lensvase-sumerien-expo-mesopotamie-lens

Jusqu’au 23 janvier 2017 –

Informations pratiques

Tarif plein : 10€
Tarif 18-25 ans : 5€
Gratuit pour les moins de 18 ans

Tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h
(Dernier accès à 17h15)

http://www.louvrelens.fr/-/l-histoire-commence-en-mesopotamie

Expo Mésopotamie au Louvre Lens –

Expo « Café in » au MUCEM à Marseille –

Pour les inconditionnels du café, et tous les autres…

Jusqu’au 23 janvier 2017 –

mucem-expo-cafe-dec16-affiche-2

« Le café est sans doute l’institution la plus solide de France »

Léon-Paul Fargue

 

 

Plus de trois cents œuvres d’art, photographies, objets, gravures, dessins, ouvrages rares, correspondances, archives audiovisuelles et textes inédits illustreront sur plus de 1 000 m² l’histoire du café dans le monde.

 

L’imaginaire contemporain du café est tout entier enraciné, organisé autour du bien-être individuel et collectif des hommes. Les vertus de cette boisson, qui fut d’abord médicinale, puis dégustative et conviviale, l’ont finalement emporté sur toutes formes de procès, en particulier religieux. En quelques siècles, le café est certes devenu une gigantesque économie, mais il s’est surtout imposé comme un rituel anthropologique au sens le plus étymologique du terme.

 

Puisque Léon-Paul Fargue affirme que « le café est l’institution la plus solide de France », comment expliquer que son objet soit si méconnu, son histoire si négligée, ses vertus si peu célébrées ? Il y a là un mystère que l’exposition Café In tente de lever, mais aussi la surprise de découvrir au sein de ladite « institution » un matériau scientifique, anthropologique, esthétique et économique que bien peu de rubiacées peuvent révéler.

 

De la baie à la tasse, c’est l’histoire, la géographie, l’économie, l’environnement, la consommation, la publicité et l’esthétique du café qui se mêlent et s’emmêlent dans un vaste et même univers. Il s’agit in fine de transformer le visiteur / consommateur de café en spectateur éclairé d’une histoire qu’il soupçonnait peu et dont il vient de comprendre qu’elle lui est familière.

Vous prendrez bien un petit café…?

Le Mucem présente, du 26 octobre 2016 au 23 janvier 2017, l’exposition Café In.

RÉSERVATIONS ET RENSEIGNEMENTS
04 84 35 13 13
reservation@mucem.org / mucem.org.

Expo René Magritte – La trahison des images –

Centre Pompidou | Exposition

René Magritte. La trahison des images –

Une exposition thématique majeure est consacrée à l’artiste belge René Magritte. Selon cinq thématiques auxquelles se réfère constamment l’artiste  – le feu, l’ombre, les rideaux, les mots et le corps fractionné – l’exposition soulève la question de la ressemblance et du réalisme.

Cette trahison des images propose une approche à ce jour inédite de l’œuvre de l’artiste belge René Magritte. Rassemblant les œuvres emblématiques, provenant des plus importantes collections publiques et privées, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne.

Avec une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives,cette expo offre au public cette approche qui s’inscrit dans la ligne des monographies que le Centre Pompidou a consacré précédemment aux figures majeures de l‘art du 20e siècle (Edward Munch et Marcel Duchamp).

du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017

Centre Pompidou

Place Georges Pompidou – 75004 Paris

Le Marais – 4e Arrondissement

Cartes de voeux brodées. — Lavieenrouge.

Je partage ici ce post de Lavieenrouge sur les travaux de broderie de hypersensibleepanouie.com  Et de plus, une partie des ventes est reversée aux Enfants de Pondichéry…

Il y a quelques semaines, j’ai consacré un article sur la broderie contemporaine. C’est un sujet très vaste la broderie. C’est exactement au même moment que j’ai découvert le travail de broderie de la rédactrice du blog hypersensibleepanouie.com et notamment son travail de broderie sur papier. C’est la carte du petit renard, sur la photo ci-dessus […]

via Cartes de voeux brodées. — Lavieenrouge.

Street Vendors of Hanoi from Above — e MORFES

Je partage le post de e Morfes, sur les photographies de Loes Heerink sur les vendeurs des rues à Hanoï au Vietnam.
I share the e Morfes post, about Loes Heerink photos. He had shot the bicyles of street merchants of Hanoï, Vietnam.

A series of photographs featuring the street vendors of Hanoi, Vietnam by photographer Loes Heerink. The street vendors in Hanoi are often female migrants that spend most of their days trying to make profits on selling fruit, vegetables, snacks and other small items. See more here I have lived in Hanoi for some years. Photographing […]

via Street Vendors of Hanoi from Above — e MORFES

Expo Bernard Buffet au Musée d’Art Moderne à Paris.

 

Bernard Buffet

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris organise une rétrospective de l’œuvre de Bernard Buffet (1928 – 1999), considéré comme l’un des peintres français les plus célèbres du XXème siècle, mais également l’un des plus discutés. À travers une sélection d’une centaine de peintures, l’exposition propose une relecture d’une œuvre qui a été en réalité très peu vue.

Parce que le Musée d’Art moderne est le seul musée public possédant une collection importante d’œuvres de l’artiste (entrée en 1953 par l’important legs Girardin et en 2012 par la donation Ida et Maurice Garnier), il était légitime de réaliser ce projet qui remonte aux premiers contacts pris avec son marchand historique Maurice Garnier (1920 – 2014), il y a près de dix ans, mais que la dimension restée longtemps polémique de l’œuvre de Bernard Buffet avait retardé.

 

 

Informations pratiques
Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11 Avenue du Président Wilson
75116 Paris
Tel. 01 53 67 40 00

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h (expositions uniquement)

Expo « Icônes de l’Art Moderne : Chtchoukine » –

Dans le cadre de l’année Franco-Russe 2016-2017, la Fondation Louis Vuitton présente la collection Chtchoukine du 22 octobre 2016 au 20 février 2017. Tout ceci en partenariat avec le Musée de l’Ermitage et le musée Pouchkine.

Elle rend hommage à l’un des plus grands collectionneurs du XX siècle, Sergueï Chtchoukine, un riche

russe visionnaire de l’Art moderne français.

En 1914, la collection de cet amateur russe, déjà légendaire, se compose de 16 toiles majeures de l’exilé des Marquises. Et d’autres, tout aussi sidérantes: 8 Cézanne, 13 Monet, 19 Marquet, 16 Derain, 41 Matisse et 5 Picasso ! Sans oublier des oeuvres d’Edward Burne-Jones, Eugène Carrière, Gustave Courbet, Maurice Denis, Edgar Degas…

FONDATION LOUIS VUITTON
Icônes de l’art moderne. La collection Chtchoukine.
8, avenue du Mahatma Gandhi, Paris XVI
Du 22 octobre 2016 au 20 février 2017.

FIAC – Foire Internationale d’Art Contemporain – du 20 au 23 octobre à Paris

fiac16-1

Cette année, pour la 43ème édition, la FIAC s’installe au Grand Palais (payant 35 €), mais aussi au Petit Palais et Hors les Murs, c’est-à-dire un peu partout dans Paris (dans certains musées comme le Louvre, Musée Delacroix, Place Vendôme, Jardin des Tuileries, etc…) et là, c’est gratuit !

Infos pratiques pour le Grand Palais

Accès : avenue Winston Churchill 75008 PARIS

Horaires : de midi à 20 heures, le vendredi jusqu’à 21 heures.

http://www.fiac.com/paris/infos-pratiques/infos-visiteurs

UN JOUR, UN POÈTE : Bob Dylan, Prix Nobel de littérature 2016 — Lectures au coeur

. . UN JOUR, UN POÈTE : Bob Dylan Prix Nobel de littérature 2016 . . .. . Encore un café . Ton souffle est doux Tes yeux au ciel comme des bijoux Tu as le dos droit, les cheveux lisses Sur le coussin où tu dors Mais je ne sens ni affection Ni gratitude,…

via UN JOUR, UN POÈTE : Bob Dylan, Prix Nobel de littérature 2016 — Lectures au coeur

Je partage l’article de « Lectures au coeur », parce que j’apprécie beaucoup Bob Dylan, depuis très longtemps. J’apprécie aussi que le comité du Nobel ait choisi un musicien poète pour la première fois !

Balade au bord de la mer

dsc_0150.jpgdsc_0176.jpgdsc_0174.jpgdsc_0142.jpgsketch-1475592253912.png

Quand les touristes sont partis, les balades au bord de l’océan sont très agréables. Il faut dire que durant l’été, cette île est envahie et surpeuplée ! Ici, les anciennes cabanes d’ostréiculteurs sont devenues des petits magasins d’artisanat ou des galeries d’art très colorées. Les terrasses ensoleillées accueillent les clients avec leurs crêpes, gaufres ou glaces. On prend son temps, on profite des derniers rayons du soleil. Sur les remparts de la citadelle, on admire ce jour-là, la mer d’huile et les quelques voiliers qui sont sortis. Un très bel après-midi…

Expo Hodler, Monet et Munch à Marmottan « Peindre l’impossible »

Jusqu’au 22 janvier 2017.

expo-hodlerr-monet-munch-1-sept16-2-jpg_tmp

Ces trois peintres ne se sont jamais rencontrés, même s’ils étaient contemporains et appartenaient à des générations différentes.

Claude Monet né en 1840 et mort en 1926, un Suisse Ferdinand Holder né en 1853 et mort en 1918 et un Norvégien Edvard Munch né en 1863 et mort en 1944 : la composition du trio peut nous sembler étrange !  Holder et Munch ont admiré Monet, la réciproque n’est pas démontrée.
L’histoire de l’art a pris l’habitude de les classer dans des catégories différentes, impressionnisme, post-impressionnisme ou symbolisme.
Cette exposition a donc pour but de comparer leurs oeuvres, leurs méthodes, leurs expériences, et pour finalement s’apercevoir qu’ils ne sont pas si éloignés…
Les thèmes abordés sont les portraits, les réalismes, les eaux, la montagne, le soleil et les lunes, les neiges, les couleurs.
Informations pratiques
Adresse
2, rue Louis-Boilly
75016 Paris
site Internet
Accès
Métro : La Muette – Ligne 9
RER : Boulainvilliers – Ligne C
Bus : 32, 63, 22, 52, P.C.
Jours et horaires d’ouverture
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Fermé le lundi, le 25 décembre,
le 1er janvier et le 1er mai
tarifs
Plein tarif : 11 €
Tarif réduit : 6,50 €
Moins de 7 ans : gratuit
Téléphone : 01 44 96 50 46

La cabane ostréicole revisitée…

 

dsc_0046.jpg

La cabane ostréicole est un lieu de travail important, c’est l’endroit où l’on détroque les huîtres. Autrefois, les zones ostréicoles comprenaient des dizaines de cabanes en bois, la plupart du temps, noires, car recouvertes de goudron, comme le fond des bateaux, pour les protéger de l’eau et du vent salés. De nos jours, comme il y a beaucoup moins d’ostréiculteurs, certaines cabanes ont été « recyclées », repeintes de couleurs vives, réaménagées et sont utilisées comme lieu de villégiature, passer la journée au bord de l’océan, pique-niquer et recevoir ses amis, pêcher, etc… Si vous vous baladez sur la côte charentaise, vous en rencontrerez sûrement. Ici, à Bourcefranc-Le Chapus avec son parterre de roses trémières fanées.

dsc_0049.jpg

Le Grand 8 – Street Art à la Réserve (Malakoff) – Part 3 — mathiaslphotos

Voici une autre série de photos de Mathiaslphotos, toujours très réussie !

Et voilà, troisième et dernier billet sur l’exposition “Le Grand 8” à Malakoff. Dans la cours, j’ai reconnu M.Chat, Mosko, Mademoiselle Maurice mais il y en a bien d’autres … This is it, third and last post on the exhibition “Le Grand 8” in Malakoff. In the courtyard, I recognized M.Chat, Mosko, Mademoiselle Maurice but there […]

via Le Grand 8 – Street Art à la Réserve (Malakoff) – Part 3 — mathiaslphotos

Le Grand 8 – Street Art à la Réserve (Malakoff) – Part 2 — mathiaslphotos

Voici la deuxième partie de cette série sur l’exposition “Le Grand 8” à Malakoff. Comme hier, je vais essayer de retrouver les noms des oeuvres et artistes pour chaque photo. Here is the second part of that series on the exhibition “Le Grand 8” in Malakoff. Like yesterday, I’ll try to remember names of works and artists for each photo.

via Le Grand 8 – Street Art à la Réserve (Malakoff) – Part 2 — mathiaslphotos

Je partage ici les photos de « mathiaslphotos », une expo géniale que je vous invite à visiter…

Une artiste : Rose Holzer

Rose Holzer1Rose Holzer 2Rose Holzer3Rose Holzer4

Iconoclaste, cette artiste est toujours dans la création pure, influencée surtout par l’Afrique.

Travaille actuellement sur Chandails (huile sur toile) et Manteaux (encre sur papier), deux séries commencées en 2012.

Art Director jusqu’en 1976, son hyperréalisme [1977-1985] a vocation de souvenirs et de légendes familiales d’avant-guerre, bien loin de ce qui se faisait en Amérique.  Il se poursuit lors d’un premier séjour en Afrique noire [1985-1987]. Cette rencontre bouscule définitivement ses perceptions. Les formes trop réalistes ne suffisent plus à traduire la réalité du monde. Introspection, rencontres littéraires (Michaux, Artaud, Beckett, Ancien testament…), choix de matériaux et d’expressions nouvelles [Série des Exodes, 1987-1991].

Retour à Paris, travaille le relief en appliquant des coquillages coupés en deux dans des aplats de peinture à l’huile, empreintes rigoureusement alignées formant des ensembles monochromes [Série des Silences, 1999-2005].

 Mais des concessions réalistes peuvent réapparaître, viennent alors les Arbres et les Figures. Les mots s’installent et un long travail de REMBOBINAGE se crée et l’emmène inéluctablement vers un tissage d’où surgissent tout d’abord des masques, travail à la plume [encre sur papier] puis des formes vestimentaires [Série des Chandails], nouveau travail à l’huile en relief qui la ramène à l’Afrique et sa part d’ombre et de mystère.

http://www.roseholzer.com/#!lartiste/c2414

http://www.france2.fr/emissions/telematin (video du 16/08/16)

https://www.facebook.com/people/Rose-Holzer/100005546175057

Au bord de la Charente…

Un petit château avec une façade Renaissance au bord de la rivière Charente.(L’autre façade n’a pas été terminée au niveau des sculptures, et divers aménagements ont été faits par les différents propriétaires). Un magnifique parc, des fêtes médiévales chaque année, et des chambres d’hôtes pour prendre le temps de visiter la région.
Comme c’est un château privé, il n’a pas été possible de faire des photos à l’intérieur, contrairement à Villandry ou Chaumont !

Peinture à Pont-Aven -Cécile Veilhan. ( Lavieenrouge).

A la piscine. Cécile Veilhan. Le jour ou j’ai découvert la peinture de Magalie Bucher, j’ai aussi découvert celle de Cécile Veilhan. Les univers de ces deux artistes ne sont pas à l’opposé, c’est peut-être la raison pour laquelle la galerie Artis expose ces deux artistes. Cécile Veilhan aime révéler l’univers de la femme : […]

via Cécile Veilhan. — Lavieenrouge.

Balade dans un village au milieu des marais.

 

dsc_0028.jpg

La rue principale de ce petit village d’ostréiculteurs s’est transformée en rue piétonne, idéale pour visiter les magasins tenus pour la plupart par de vrais artisans ou artistes, ou les deux !

dsc_0027.jpgdsc_0020.jpg

Son église romane, entourée d’un petit jardin. Malheureusement, la façade est difficile à prendre en photo, car la rue est étroite.

dsc_0050.jpgdsc_0048.jpg

Un petit salon sur le trottoir du restaurant pour attendre son tour !

dsc_0046.jpgdsc_0044.jpg

Visite dans une galerie sur le port. Découverte d’un artiste local qui peint des personnes âgées, sans moquerie, sans pathos, juste « un instant de leur vie ».

Le long du chenal qui mène à l’océan, les anciennes cabanes d’ostréiculteurs ont retrouvé une seconde vie pour passer la journée et respirer l’iode, inviter les amis, déguster des huîtres ou une éclade de moules (plat régional charentais :on dispose les moules d’une certaine façon sur une planche épaisse, et par-dessus, on dispose doucement des sarments de vigne, on allume le feu, et dès que c’est cuit, on mange avec les doigts ! )

Il reste encore une certaine activité ostréicole, mais il y a une vingtaine d’années encore, presque tous les habitants travaillaient les huîtres. Maintenant, le village est devenu incontournable pour les touristes… Les résidents s’appliquent à embellir leur façade et leur petit jardin, et c’est très agréable pour les yeux (et les photos) !

Expo « Caillebotte, peintre et jardinier » à Giverny.

Musée des impressionnismes à GIVERNY, jusqu’au 3 juillet 2016.

 

Longtemps considéré comme un peintre amateur, collectionneur et mécène de ses amis, Gustave Caillebotte  (1848-1894) apparait aujourd’hui comme l’une des figures majeures du groupe impressionniste. Célèbre pour ses compositions inspirées du Paris d’Haussmann, il a consacré une part importante de sa production à l’évocation des jardins.

Il peint ses premières études sur le motif dans la demeure familiale d’Yerres, avant d’acquérir au Petit Gennevilliers une propriété où il élabore un somptueux jardin et fait construire une serre. Tout comme son ami Claude Monet, avec lequel il partage une passion pour l’horticulture, il privilégie l’évocation de cet univers végétal.

Au musée des impressionnismes Giverny, environ quatre-vingts œuvres, peintures et dessins, sont réunies pour évoquer cet aspect de son art.

Musée des Impressionnismes

99 rue Claude Monet
27620 Giverny

Expo « Turner et la couleur » à AIX EN PROVENCE –

Jusqu’au 18 septembre 2016 à l’Hôtel de Caumont – Centre d’Art –
 à AIX EN PROVENCE.

 
Plus de 130 œuvres sont rassemblées pour vous faire  découvrir  ce grand artiste. La Tate Gallery de Londres a participé à cette exposition avec plus de 36 chefs-d’oeuvre. Et une  collaboration très étroite a été organisée avec le Turner Contemporary de Margate (Kent – Angleterre)

Joseph Mallord William Turner (1775 – 1851), est une figure majeure de la peinture anglaise du XIXe siècle. Il est également un des plus grands maîtres anglais de paysages à l’aquarelle. Il y gagnera le surnom de « peintre de la lumière ». . Ses tableaux, paysages et marines, lui vaudront rapidement une grande réputation si bien qu’il deviendra membre titulaire de la Royal Academy à l’âge de 27 ans, et il y exposera quasiment chaque année jusqu’à sa mort.

Turner voyagera beaucoup tout au long de sa carrière, d’abord en Angleterre et en Écosse, puis, après la paix d’Amiens en 1802, en France, en Suisse, aux Pays-Bas et en Italie, particulièrement à Venise, ville où il séjournera à trois reprises (en 1819, 1829 et 1840) qui lui sera une importante source d’inspiration.

Plaçant au cœur de son parcours la couleur, essence même de la création de Turner, cette exposition invite à redécouvrir la vie et l’œuvre de ce grand artiste sous un angle nouveau, jusqu’à présent inexploré dans les rétrospectives qui lui ont été dédiées.

 

Une importante section du parcours, consacrée aux voyages du peintre à travers l’Europe, permet d’admirer la variété et le lyrisme de ses couchers de soleil dorés, de ses marines bleutées et des paysages éblouissants si typiques de son œuvre.

Des tons délicats qui teintent ses croquis de voyage aux tonalités puissantes qui envahissent les plus célèbres toiles de la maturité, la couleur de Turner nous dévoile ainsi, salle après salle, le visage public et privé d’un artiste controversé, d’un homme mystérieux et d’un aventurier amant de tous les défis. Vous retiendrez surtout les qualités de ce coloriste prodigieux et subtil connaisseur des effets optiques et émotifs de la couleur, dont Claude Monet aurait dit qu’il savait « peindre les yeux ouverts ». L’impact de son œuvre est en effet incontestable sur les générations d’artistes qui ont donné vie, quelques décennies plus tard, à l’impressionnisme.

Une partie de l’exposition est consacrée aux œuvres qu’il réalise à Margate, sur la côte du Kent, en Angleterre. Vers la fin de sa vie, Turner a passé beaucoup de temps dans ce petit village côtier, attiré par sa lumière toute particulière. C’est à Margate, où Turner a réalisé quelques-unes de ses plus belles expérimentations picturales, que cette même exposition sera présentée du 8 octobre 2016 au 8 janvier 2017, au Turner Contemporary.

Photo 1 : Calais Sands at Low Water – Sables de Calais à marée basse.

Photo 2 : Vermilion Towers  – Tours vermillion.

Photo 3 : Yarmouth, from near the Harbour’s Mouth – Yarmouth, près de l’entrée du port.

Crédit Photos : site du Centre d’Art Hotel de Caumont à AIX EN PROVENCE.

 

 

 

Expo « Monumenta 2016 » Huang Yong Ping au Grand Palais à Paris.

Huang Yong Ping, né en 1954 à Xiamen dans la province du Fujian, est un artiste contemporain d’origine chinoise naturalisé français. Il vit en France depuis 1989 et s’est installé à Ivry-sur-Seine à la fin des années 2000.

Fondateur du  mouvement « Xiamen Dada » qui a pour mot d’ordre « Le zen est Dada, Dada est le zen », il manifeste son goût du paradoxe et de la déconstruction, produite par l’assemblage de significations hétérogènes.
Il est un représentant de l’avant-garde artistique chinoise, il imagine une installation spectaculaire, qui est aussi une réflexion sur les transformations de notre monde. –

Du 8 Mai au 18 Juin 2016
Grand Palais – PARIS.

Nuit européenne des musées samedi 21 mai : toutes les expositions sont ouvertes et gratuites à partir de 20h. Entrée jusqu’à minuit, fermeture à 1h.

– See more at: http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/monumenta-2016-huang-yong-ping#sthash.vQNBc5Mm.dpuf

http://www.grandpalais.fr/pdf/Depliant_Monumenta_2016.pdf

Expo « James Bond » à la Villette à PARIS.

La Grande Halle de la Villette accueille jusqu’au 4 septembre 2016, James Bond 007, l’exposition.

Expo James Bond -Sean-Connery

 

50 ans de style Bond réunissant plus de 500 objets originaux permettant une immersion dans l’univers esthétique de l’espion le plus célèbre du monde. 

Aston Martin, costumes, gadgets, croquis, photos de tournages, et des pièces exclusives issues du tournage de Spectre notamment le costume de James Bond lors de la séquence d’ouverture « Dia de Muertos » à Mexico, le « Smart Blood Engine » tout droit sorti du département Q, la tenue que porte Oberhauser dans son repère marocain et l’anneau de Spectre !

Du smoking blanc de Roger Moore dans Octopussy à la combinaison spatiale de Moonraker, du pistolet d’or de Scaramanga dans L’homme au pistolet d’or, à la mâchoire d’acier de Requin dans L’espion qui m’aimait, des gadgets de Q comme l’attaché-case de Bond dans Bons baisers de Russie à l’Aston Martin DB5 argent de 1964 dans GoldenEye, l’exposition retrace la plus grande saga cinématographique jamais produite et raconte cet authentique mythe contemporain.

Grande Halle de la Villette

Nef Sud

211 avenue Jean Jaurès
75019 Paris

Métro (Ligne 5) Porte de Pantin

Attention, fermeture exceptionnelle le 5 juin 2016.

Tarif événementiel jusqu’au 30 juin : 15 €, ensuite 21,99 €…

 

Journées Particulières – Artisanat de luxe –

 

 

Journées ParticulièresDu 20 au 22 mai prochain, le groupe LVMH ouvrira exceptionnellement les portes d’une quarantaine de ses Maisons à l’occasion des Journées Particulières.

Il invite le public à vivre une expérience magique, à pénétrer dans les coulisses des Maisons du Groupe et à découvrir de façon privilégiée des lieux habituellement clos. Qu’elles soient privilégiées, confidentielles, historiques, pédagogiques, ces coulisses vont démontrer leur savoir-faire et leur excellence.

Ces rencontres se déroulent dans toute la France, et pas uniquement sur Paris, dans

53lieux  différents. Il y a aussi des visites organisées .en Italie et en Grande-Bretagne. Voici le lien pour choisir.

https://www.lvmh.fr/lesjourneesparticulieres/

 

Quelques-unes des maisons en France et Suisse :

Les Ateliers Louis Vuitton, Sainte Florence

La Ruche de Guerlain, Chartres

Le domaine du Clos des Lambrays, Morey-Saint-Denis

L’exposition et le nouveau circuit de visites Hennessy, Cognac

Fondation Louis Vuitton, Paris

La boutique Thomas Pink, Paris

La Fabrique du Temps à Meyrin, près de Genève

https://r.lvmh-static.com/uploads/2015/01/jp2016_presskitweb_fr.pdf

 

 

 

 

Une céramiste : Fanny Laugier

Nous avons une certaine richesse dans notre pays, notre artisanat que nul ne pourra nous enlever.

Fanny Laugier est une jeune céramiste qui créée des pièces uniques et des petites séries en porcelaine. Elle est inspirée par l’architecture des années 50 et  la peinture abstraite. Les pièces ont des formes simples mais donnent une impression de légèreté, de transparence,  de papier plié… Je suis fan !

Si vous passez par POITIERS, allez lui rendre visite…

https://www.ateliersdart.com/atelier-fanny-laugier,2299.htm

Expo « De Rembrandt au selfie, autoportrait » à LYON.

musee Beaux Arts1 Lyon 2016musee Beaux Arts2 Lyon 2016musee Beaux Arts3 Lyon 2016musee Beaux Arts4 Lyon 2016

Le selfie depuis Rembrandt, un grand spécialiste de l’auto-portrait, jusqu’à nos jours.
L’exposition évoque les différentes approches de l’autoportrait du XVIe au XXIe siècle à partir d’une sélection d’œuvres en provenance de trois grands musées européens (Karlsruhe, Edimbourg et Lyon).
Véritable genre artistique, l’autoportrait apporte, au-delà des questions de style propres à chaque époque, de nombreuses informations sur la personnalité de son auteur, ainsi que sur son environnement historique et social. À une époque où la pratique du selfie est devenue un véritable phénomène de société caractéristique de l’ère du digital, questionner la tradition et les usages de l’autoportrait semble plus que jamais d’actualité.

L’exposition rassemble plus de 130 œuvres : peintures, dessins, estampes, photographies, sculptures et vidéos et s’articule en sept sections thématiques, interrogeant les grandes typologies de l’autoportrait et leurs évolutions au fil du temps :
– le regard de l’artiste,
– l’artiste en homme du monde,
– l’artiste au travail,
– l’artiste et ses proches,
– l’artiste mis en scène,
– l’artiste dans son temps
– et le corps de l’artiste.

Musée des Beaux-Arts de Lyon jusqu’au 26 juin 2016

20 Place des Terreaux – 69001 LYON

 tél. 04.72.10.17.40.

Ouvert tous les jours sauf le mardi

(Photos du site du musée)